Quelques techniques de travelling en drone illustrés à travers un court-métrage autour du Lac Baikal…ou comment profiter d’espaces irréels pour sublimer un film avec des plans larges, des plans en travellings lents et des plans serrés, pour mettre en avant à la fois le lieu, mais aussi le personnage, et le remettre au coeur de l’action.  Pour garantir cette émotion à l’écran, décomposons ces successions de plans, en partant du plus large au plus serrés, que ce soit en topshot, ici en suivant le véhicule, jusqu’à suivre le personnage, qui joue ici le photographe, lors de ses apparitions.

Que ce soit en repérage ou en tournage, nos technologies aériennes offrent une variétés de plans stabilisés qui se trouvent dans ce petit court-métrage, qui nous permettent toujours de raconter et situer un lieu, une action, un portrait…Ici un premier plan close réalisé avec un tilt léger et constant pour survoler la glace à basse altitude, contraste avec le plan suivant et s’enchaine sur un plan à haute altitude pour frôler les crêtes…un basic pour une introduction de film, mais bien pensé en amont…Le véhicule arrive parfaitement dans le storytelling en top shot, avec un plan large en rotation lente pour le situer dans l’espace du Lac Baikal…Les crêtes en 3/4 serrées enchainent logiquement avec un plan close de notre photographe, avec le bruit des pas, mêlant à la fois l’aventure et l’authenticité dans ce décor sauvage et abstrait…Un plan serré en élévation lente permet de sublimer le décor en arrière plan…Se succèdent des plans contemplatifs, mais aussi du travelling serré, latéral, en avant, en timelapse, en descente enroulé, suivi par des effets de surprises entre 2 crêtes…

Nous imaginons de la même façon tous nos plans, dès l’écriture ou prise en main du storyboard, pour s’imprégner de l’atmosphère ou créer des raccords dans nos productions…et quelque soient les configurations.

Diamond Sky Production